Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

Si moi j'ai le plus beau compliment à faire à un chanteur, c'est ça: il a sa signature. Tu l'entends chanter, t'as pas besoin de connaître la chanson, c'est Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Musique

Enregistrement/Entrée
Maintenant sur le site
Accueil Vie

FCAF

La Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français
Le site de la FCAF: http://www.fcaf.net

C'est un organisme sans but lucratif consacré à l'alphabétisation en français au Canada. Elle regroupe des associations provinciales et territoriales. La FCAF vise d'abord et avant tout la promotion de l'alphabétisation et à établir des liens entre les groupes d'alphabétisation et leurs membres.

Daniel Lavoie est le porte parole de la FCAF depuis 1996.

Daniel: «Je suis POUR.
Pour que tous sachent lire et écrire. Pour que tous aient la même chance d'apprendre.
Pour que tous puissent lire la petite écriture au bas des contrats. Pour que tous puissent écrire une lettre aux personnes élues qui les représentent et leur dire ce qu'ils pensent .Pour que tous aient une alternative à la télé quand vient le temps de se faire une opinion. La démocratie ne peut que s'en sortir mieux. Notre planète aura quelques chances de plus de s'en sortir, et nous nous en porterons tous mieux.
Quand on est POUR quelque chose, il faut bien faire quelque chose POUR!»
«Si nos enfants nous voient lire, et si nous leur parlons du plaisir de la lecture, ils développeront sûrement le gout de lire.»

1995

Ecole Jours de plaine

Pour défendre la langue française dans sa province natale anglophone, Daniel Lavoie est parrain d'une école maternelle française située à Sainte Rose du Lac (Manitoba, Canada) qui a ouvert en août 1995. Cette école porte le nom de "Jours de Plaines" d'après sa chanson pour le film de même nom.

 1997

Cahiers de la FCAF - Introduction par Daniel Lavoie

Lire, c'est pratique pour le travail, pour les impôts, pour les modes d'emplois, pour les cartes routières, pour les menus de restaurants, pour les tableaux de départs et arrivées dans les aéroports, les terminus et les gares. Pour lire les sous-titres dans les filmes étrangers, pour savoir où débarquer en métro, pour lire les nouvelles quand la télé est chez le réparateur, pour lire la carte de Noël de notre représentant au gouvernement, pour savoir si notre numéro de billet est le numéro gagnant du loto. Pratique, pratique, pratique. Mais il n'y a pas que le pratique est l'utilitaire.
Lire et écrire c'est surtout pour le "FUN". Un bon roman quand on a enfin trouvé son siège dans le train ou dans l'avion. Le montant du chèque de retour d'impôt quand on a fini sa déclaration. Le journal gratuit qu'on lit au restaurant quand on a enfin choisi ce qu'on veut manger. Les lettres d'amour et les lettres d'amis, les jeux d'ordinateur et Internet. Les prospectus de vacance et le bon livre qu'on savoure bien assis dans sa chaise longue, avec un pina calada. partir à la découverte d'un sujet intéressant et l'approfondir autant qu'on veut. La possibilité d'être aussi curieux qu'on a envie de l'être et de toujours savoir qu'avec un peu de recherche on peut toujours trouver. Ce cahier, vous verrez est plein d'histoires et suscitera plaisir et curiosité. on y découvre que souvent le plaisir et la curiosité ont des répercussions très utiles.

Amicalement, Daniel Lavoie

 

1999

La trousse Montre-moi
Daniel Lavoie a, entre autres, réalisé la cassette de chansons pour enfants Les Rondes que l'on retrouve dans la trousse Montre-moi (FCAF, 1999).
Il a aussi collaboré à un message de sensibilisation à l'alphabétisation familiale, diffusé à la télévision et à la radio en février 2000.


UNE TROUSSE POUR PRÉVENIR L'ANALPHABÉTISME.



Les parents francophones qui n'ont pas l'habitude de lire en français et qui ont un enfant d'âge préscolaire ont maintenant à leur disposition un outil simple et pratique qui leur permettra de jouer leur rôle d'éducateur.
La Fédération canadienne pour l'alphabétisation en français (FCAF) vient de lancer sur
le marché la trousse Montre-moi, qui vise à valoriser le rôle des parents dans l'enseignement de la langue française auprès de leurs enfants. Elle s'adresse à tous les parents francophones du pays qui ont des enfants d'âge préscolaire.

L'auteur-compositeur-interprète Daniel Lavoie, qui est le porte-parole de l'alphabétisation en français depuis 1996, a sélectionné et interprété la vingtaine de chansons traditionnelles du patrimoine francophone qu'on retrouve sur l'audiocassette.

«Des chansons, dit M. Lavoie, que chantaient les grands-mères et les arrière-grandsmères. J'ai choisi celles qui m'apparaissaient les plus pertinentes. Des chansons joyeuses et amusantes pour la plupart», précise-t-il.
Son critère de sélection était simple: «Je voulais que ce soit accessible autant aux enfants de 4 ans qu'aux enfants de 74 ans. Je voulais que ce soit des chansons agréables et amusantes pour tout le monde.»

Il dit avoir accepté de participer activement au projet ... simplement parce qu'on le lui a demandé de le faire. «Ensuite j'ai vu le dossier, j'ai compris ce qu'était l'analphabétisation et l'alphabétisation et je me suis rendu compte que le problème était une réelle source de souffrance pour beaucoup de gens.»

La vice-présidente de la Fédération, Margo Fauchon, souligne l'importance des parents
dans l'éducation des enfants: «Le parent est le premier responsable de l'éducation des enfants. Ce que la trousse vient faire, c'est de valoriser les efforts quotidiens que font les parents pour éduquer les enfants.»

Pour le sous-ministre adjoint à la Citoyenneté et à l'Identité canadienne, Norman Moyer, «posséder une langue, c'est avoir la clé d'une boîte à trésor». M. Moyer a même avoué avoir déjà commandé une trousse pour son neveu de deux ans, qui est né d'une mère anglophone et d'un père francophone et qui habite aux États-Unis.

Tiré de l'Association de la presse francophone
Mars 1999

2000

Daniel a collaboré à un message de sensibilisation à l'alphabétisation familiale, diffusé à la télévision et à la radio en février 2000.

2003

L’activité du Printemps des lettres avait pour ojectif d'encourager les personnes apprenantes et les anciennes personnes apprenantes en alphabétisation à écrire.
Chaque année, Daniel Lavoie lancait un défi aux personnes qui apprennent à lire et à écrire. Il invitait les personnes apprenantes à lui écrire quelques phrases et à lui envoyer leur message par courriel.

Louise Dubuc, épouse de Daniel Lavoie a aussi écrit un livre pour la FCAF. C'est un recueil d'histoires intitulé "L'estime de soi". (ensemble de 14 témoignages pour comprendre ce que vivent les personnes analphabètes - ouvrage de 43 pages)

Un grand nombre d`admirateurs de Daniel Lavoie étudient le français pour comprendre mieux leur idole et aussi pour lui écrire des lettres. Ainsi, on peut dire que l`activité de la fondation a dépassé les frontières de Québec et s`est mondialisée.