Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

Si moi j'ai le plus beau compliment à faire à un chanteur, c'est ça: il a sa signature. Tu l'entends chanter, t'as pas besoin de connaître la chanson, c'est Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Musique

Enregistrement/Entrée
Maintenant sur le site
Нет
Accueil Médias Interviews

Entrevue: Daniel Lavoie

Par Valérie Roberts
Paru le 27 février, 2013

Daniel Lavoie poursuit une série de spectacles tirée de son disque «J’écoute la radio», disponible en magasin depuis novembre. Comme il le dit si bien, «c’est un spectacle bizarre que j’ai voulu faire après 40 années de métier.»

Et pourquoi il est bizarre?

Bien je me dis que c’est mon dernier spectacle… Qui sait, peut-être que ce l’est mais peut-être que ce ne l’est pas. Je reprends une vingtaine de chansons qui ont été importantes pour moi. Je les revois et les revisite, d’une façon plus proche de ce que j’étais au début de ma carrière. C’est plus planant. Avec mes excellents musiciens, je retourne visiter mes origines.

Quelle est l’intention derrière ce spectacle?

J’en ai fait de toutes les sortes dans ma vie… Sérieux, spectaculaire, poétique, etc. Mais cette fois-ci, j’avais envie de faire un show feel-good, un peu comme un film de Julia Roberts. (rires) Les gens m’ont beaucoup dit que ce serait difficile, parce que mes chansons sont plutôt sérieuses, mais je crois que j’y suis arrivé en intégrant beaucoup d’humour.

Comment vous sentiez-vous quand vous avez commencé à revisiter vos chansons?

D’abord le processus a commencé avec le disque et pour le spectacle, nous voulions faire exactement la même chose, mais ça ne fonctionnait pas.  Nous avons gardé les saveurs et les couleurs, mais j’ai retravaillé certains aspects pour la performance. J’ai donné pas mal plus de liberté à mes musiciens, puisque sur un disque c’est plus géré et serré. On s’arrange pour se faire du fun et que ce ne soit pas du travail.

J’ai lu que c’était l’occasion pour vous de mettre vos jeans serrés et de jouer au rockeur. Pourquoi?

J’aime ça faire du bruit! (rires) Je n’irai jamais jusqu’au niveau d’Éric Lapointe, mais ça me plaît beaucoup. J’ai passé les deux dernières tournées seul ou avec un musicien, donc j’ai beaucoup de plaisir à être bien entouré.

Comment les gens reçoivent ces vieilles/nouvelles chansons?

C’est vraiment agréable ce spectacle, parce qu’il y a des pièces qui datent de 40 ans. Elles sont dans l’inconscient. Par exemple, il y a un jeune homme qui est venu me voir à la fin d’un spectacle, il devait être dans la vingtaine, et il m’a dit qu’il était venu à reculons, qu’il ne connaissait pas mes chansons. Sa mère voulait qu’il l’accompagne. Et il m’a dit qu’il avait fini par connaître le 2/3 des chansons! J’ai trouvé ça amusant.

Ça doit créer un spectacle assez intergénérationnel?

Absolument, mais je n’ai jamais fait de la musique pour une génération précise. D’ailleurs mon grand cadeau dernièrement, c’est de faire de la tournée en Ukraine et de me retrouver devant des auditoires qui ont entre 18 et 35 ans, qui connaissent toutes mes chansons! Ça me confirme que ce que je chante interpelle les gens. Il y a certainement le plaisir de la découverte. Ils me connaissent mais ils ne m’ont jamais vu, donc ils arrivent plein d’enthousiasme. Le public me donne beaucoup en retour.

Si c’est votre dernier spectacle, vous le trouvez comment avec du recul?

Après plus d’un an de tournée, il est rendu à son meilleur.

Daniel Lavoie passera par Rouyn-Noranda et Val d’Or, avant de refaire un saut dans la peau de Frollo en Europe. Il sera de retour à Longueuil, le 23 mars

http://blogue.enmusique.ca/blogue-2/entrevue-daniel-lavoie-jecoute-la-radio