Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

Si moi j'ai le plus beau compliment à faire à un chanteur, c'est ça: il a sa signature. Tu l'entends chanter, t'as pas besoin de connaître la chanson, c'est Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Musique

Enregistrement/Entrée
Maintenant sur le site
Нет
Accueil Médias Articles

Quand le Québec chante: à choeur joie...

Publié le 13 avril 2013 à 05h00 | Mis à jour le 13 avril 2013 à 05h00

673612-retrouver-tous-ensemble-occasion-echanger

De  se retrouver tous ensemble, c'est l'occasion d'échanger, de rire, de raconter nos bons coups et de se plaindre des mauvais, dit Daniel Lavoie.

(Québec) En août, cinq copains se sont joints à 400 choristes pour célébrer la chanson québécoise. Laurence Jalbert, Paul Piché, Michel Rivard, Daniel Lavoie et Richard Séguin étaient les têtes d'affiche du spectacle soulignant le 10e anniversaire du rassemblement choral de Chanson internationale.

«Un souvenir magnifique», une expérience émouvante... et beaucoup de bonheur, décrivent-ils en substance. Les cinq complices remettront ça en juillet, sur les plaines d'Abraham, en ouverture du Festival d'été. Question de se remettre dans l'ambiance, Quand le Québec chante, un album live enregistré l'été dernier, arrivera sur les tablettes mardi. Entrevues avec Daniel Lavoie et Paul Piché.

Daniel Lavoie: fierté, émotion et plaisir

Quand il a su que le spectacle créé l'été dernier pour la Semaine internationale de la chanson allait avoir une seconde vie au Festival d'été de Québec (FEQ), Daniel Lavoie s'est réjoui. «On est heureux! Déjà que des gens conspuent le Festival d'été pour le peu de français [dans sa programmation]. Nous, on est heureux de contribuer à son secteur français!» rigole-t-il.

Mais pour l'auteur-compositeur-interprète, le plus grand attrait se trouve ailleurs. Il évoque d'abord «le grand bonheur» de retrouver ses amis Jalbert, Séguin, Rivard et Piché.

«On a des atomes crochus, observe-t-il. On fait tous le même métier depuis 40 ans. On a vécu les mêmes époques, on est passés par toutes sortes d'aventures différentes, mais finalement, tout ça se ressemble. De se retrouver tous ensemble, c'est l'occasion d'échanger, de rire, de raconter nos bons coups et de se plaindre des mauvais. C'est juste une rencontre d'amis qui ne se côtoient pas nécessairement souvent, mais qui ont un grand bonheur à se retrouver.»

Comme en témoigne l'album live Quand le Québec chante, les uns et les autres y revisitent leurs grands succès. Leurs voix se marient et se joignent à celles de 400 choristes. Un autre grand plus aux yeux de Daniel Lavoie.

«Ça apporte beaucoup d'émotion, de crédibilité, juge-t-il. C'est un honneur de sentir que tout ce monde-là a pris la peine d'apprendre chacune de nos chansons, de les chanter et de les rendre avec autant d'énergie. C'est un mélange de beaucoup de choses : de fierté, d'émotion et de plaisir.»

Avant de retrouver le grand choeur au FEQ, Daniel Lavoie partagera la scène avec un grand orchestre. Du 1er au 17 mai, il offrira le concert Lavoie qui vous séduit avec l'Orchestre symphonique de Québec dans diverses églises et salles de spectacle de la région.

«On fait sept ou huit de mes chansons et une dizaine de pièces instrumentales, décrit-il. Ils vont jouer des extraits, des petits morceaux. J'ai très hâte! Un grand orchestre, c'est comme un grand choeur. C'est toute cette énergie humaine centrée sur un but: faire de la belle musique ensemble. Ça donne presque toujours quelque chose de beau.»

PICHÉ ET LAVOIE: QUESTIONNAIRE MIROIR

Q:Chanter sur les Plaines, qu'est-ce que ça représente pour vous?

Daniel Lavoie: Ça représente beaucoup de choses. La première fois qu'on m'a demandé de le faire, j'étais extrêmement honoré et très excité. Il y avait eu J'ai vu le loup, le renard, le lion avec Félix, Vigneault et Charlebois. Ils ont donné une aura à tout festival qui se tiendrait là. Évidemment, après, il y a eu les Plaines sous la pluie, les Plaines à 10 °C avec un grand vent, les Plaines physiquement beaucoup plus difficiles à vivre que le beau rêve qu'on s'en faisait. Mais il reste que quand la journée est belle, quand il fait chaud, quand il y a du monde, c'est l'un des endroits les plus merveilleux au monde pour chanter.

Paul Piché: Les Plaines, c'est magique. J'ai souvent fait la Saint-Jean et le Festival d'été. C'est l'un des plus beaux amphithéâtres naturels qui existent dans le monde. Quand je fais des shows avec d'autres artistes, j'aime aller voir à l'arrière, dans le public. Je connais bien l'ambiance qui y règne.

Q: Quelle chanson représente le mieux le Québec pour vous?

D.L.: C'est certainement Les gens de mon pays de Gilles Vigneault. C'est une chanson magnifique. Malgré sa difficulté, parce que ce n'est pas une chanson facile, elle réussit à nous émouvoir chaque fois.

P.P.:  Les gens de mon pays, c'est sûr que c'est une grande, grande chanson. Mais il y en a tellement de belles et grandes chansons : de Vigneault, de Félix... Et aujourd'hui, il y a énormément de belles choses qui se font. Je suis très emballé par la nouvelle génération. Je les trouve très bons. Je suis impressionné par la quantité de talent et de créativité qu'il y a.

Q: Dans la nouvelle génération, quels artistes écrivent selon vous les classiques de demain?

D.L.:  Dans mes coups de coeur, je peux citer Martin Léon, Catherine Major, Ariane Moffatt, Louis-Jean Cormier. Ils méritent certainement de devenir des classiques parce que ce sont de grands artistes qui font des choses magnifiques. Je leur souhaite. Je nous le souhaite aussi.

P.P.:  La durée y est pour quelque chose, c'est certain. Il y a de grands succès qui ne s'inscrivent pas dans la durée et il y a des succès moyens qui vivent plus longtemps. [...] On vit un moment qu'on évalue encore mal. On parle beaucoup de crise et de problèmes. On a raison de le faire parce qu'il y a des choses à régler, en particulier avec Internet. Mais je pense qu'on ne voit pas bien l'effervescence actuelle. On vit une période assez glorieuse pour la chanson québécoise. Il y a beaucoup de talent, ils en offrent pour tous les goûts, entre le très commercial et le très pointu. Tout ça se crée ensemble. C'est pourquoi on voit autant du Karkwa que du Marie-Mai.

Peut-être des surprises à prévoir

La soirée d'ouverture du Festival d'été de Québec (FEQ) sur les Plaines nous réserve-t-elle des surprises? L'équipe de programmation travaille présentement à attirer des invités spéciaux qui se joindront à Michel Rivard, à Paul Piché, à Daniel Lavoie, à Richard Séguin, à Laurence Jalbert et à 400 choristes. Le producteur du spectacle Quand le Québec chante, Marcel Auclair, s'est montré ouvert à l'idée, du moment qu'elle ne vient pas trop bouleverser l'enchaînement original. «On pense qu'on a un spectacle assez fort», a-t-il opiné, ajoutant que le temps presse pour impliquer le choeur dans de nouveaux numéros. Il n'est pas exclu non plus que la soirée d'ouverture soit le sujet d'une captation télé. Des discussions sont toujours en cours, a confirmé l'attachée de presse du FEQ, Rachel Dupuis. On parle ici d'une diffusion en différé, mais il est encore trop tôt pour dire quel réseau accueillerait le concert.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/disques/201304/11/01-4640091-quand-le-quebec-chante-a-choeur-joie.php