Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

If I would like to make the best compliment to the singer, it would be: he has his own style.
You hear him singing, and you do not even to know the song - it's Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Our player

Registration/Enter
Now Online
Home Palette Witness reports

Daniel Lavoie - notre poisson rouge. Le concert à Saint-Pétersbourg le 5 juin 2012

OsK_1dj6Iqs

Ainsi mon plan de découvrir Daniel a été réalisé avec succès! Je dois peut être avouer que pendant plusieurs années je n’avais aucun désir de le découvrir, à cause de son personnage Frollo qu’il avait brillamment  incarné dans «Notre Dame de Paris» et envers qui j’éprouve un sorte d’aversion. Oui, c’était bien bête.    
Ce n’est que cette année, le 13 janvier que j’avais vu Daniel Lavoie d’un autre œil, quand on m’avait montré certains de ses premiers clips.   À vrai dire, ceci avait été une grande découverte pour moi.  Dès ce moment-là j’avais complètement changé mon point de vue. Daniel m’avait charmée par ses «Ils s'aiment», «Qui Sait?» et «Nu». Et voilà – on nous informe que Daniel va donner des concerts en Russie!  S’il vient, il faut y aller! 
Mon plan consistait à ne pas écouter de chansons ni voir de clips de Daniel avant le concert, mais  me plonger dans son univers juste au concert.  Donc, la seule bagage que je possédais en quittant la maison ce matin-là était quelque 4 chansons et un abîme de respect pour cet Artiste.  
Il est 13 heures, «Bukvoyed», et je suis à la session d’autographe. L’attente bien intéressante, puisque je m’attendais à voir une personne respectable aux cheveux blancs, de taille moyenne, lente et rangée. Autre guitare! 
Un bel Homme haut, svelte et actif est monté sur la scène de «Bukvoyed» (dans des chaussures de sport!). Si seulement tous les hommes de son âge pouvaient lui ressembler! 
J’étais tellement renversée par sa beauté, sa lumière, son sourire sincère et désarmant et par ces rayons de soleil aux coins de ses yeux qui apparaissaient chaque fois qu’il souriait…  
Il n’y a pas longtemps j’avais su que les Chinois appellent les pattes d’oie “la queue du poisson rouge” et qu’ils croient que plus elle est grande, plus la vie de cet homme est bonne et juste. Je m’en suis souvenu dès que j’ai vu le visage souriant de Daniel. Il est un poisson rouge!     
Pas de besoin de mentionner sa manière sincère de communiquer avec le public! Notre communication courte était remplie de lumière et d’émotions positives.  
Et lorsque nous lui avons offert un service à café avec des illustrations du «Petit prince», Daniel a rayonné de joie et nous a remerciés cordialement. Il a rajouté aussi que nous boirions du café de ces tasses quand nous serions allés le voir au Canada. 
Daniel a encore plaisanté que nous lui devrions offrir une grande table la prochaine fois, puisqu’il avait déjà un samovar et un service. 
Ensuite c’était le tour de donner des autographes. Il y avait une grande queue.  Un regard franc de ses bons yeux quelque part au fond, son autographe, deux mots et “Merci beaucoup” en réponse - ces sécondes ont été très agréables et elles resteront gravées  dans ma mémoire.   
Malgré le manque de temps, Daniel a donné un autographe à tous qui le voulaient et ensuite il a sauté au bas de la scène dans le passage pour faire une photo commune avec tous ses admirateurs.   
En partant, il nous a fait au revoir de sa main dans la fenêtre de la voiture.   
Ainsi j’ai eu ma première impression sur Daniel en tant que personne.  Une très belle impression.
C’est quelqu’un de franc et sincère qui rayonne de beauté et de bonté. 

vt76hB6ijyk

Il est 20 heures, et nous sommes dans la Grande Salle de la Philharmonie.  Le concert a été sublime! La belle salle était ensoleillée à tel point que tous pouvaient voir l’un l’autre, et les rayons de soleil brillaient dans les cheveux de Daniel en perçant  à travers des fenêtres.      
Je ne sais même pas si je peux distinguer quelque chose de ce que j’ai entendu: j’ai aimé tout!  C’était si différent mais toujours beau. 
Ce qui m’a surprise énormement, c’est sa facilité de chanter: comme s’il parlait sans faire d’efforts en gardant toute la force de sa voix et de ses émotions.
 «Dobryj vecher, druz'ya» («Bonsoir, mes amis»), «ya rad byt' s vami» («je suis ravi d’être avec vous»), «vy potryasayushchie» («vous êtes magnifiques») – nous  disait-il, et c’était si agréable à entendre. 
Et chaque fois qu’on lui donnait des fleurs, Daniel était surpris.  Quand enfin j’allais lui offrir un bouquet, j’ai senti que les jambes me manquaient.  Mais je l’ai fait!  Et quelle récompense! Son regard, ces rayons de soleil, ce sourire et son «Merci! Merci beaucoup!».. Complètement heureuse, je l’ai remercié en réponse.  
Daniel a eu 4 rappels!  C’était une joie inexprimable de le voir remonter sur la scène encore et encore! (tandis que Marc nous filmait, hi-hi).
Quoi dire de plus! C’était un bel échange d’énergie et d’émotions! Daniel, les musiciens et nous avons passé une soirée divine, et c’était un tel plaisir de les voir quitter la scène complètement chavirés. 
 Ensuite nous les attendions près de la sortie de service pour leur dire au revoir. Et on leur a chanté une chanson, qu’on s’envolerait au Quebec avec eux. Ils nous souriaient et remerciaient. 
 Et ils ont emporté toutes les fleurs, ce qui est très agréable!
Après tout ça, il ne reste qu’un sentiment incroyable de bien-être et d’affection, lorsque chaque souvenir éveille un sourire éclairé et l’état d’harmonie et de tendresse. C’est pourquoi Daniel est Docteur Tendresse… aux rayons de soleil aux coins des yeux. 

Natalie Ivanova

Photos: Olga Chukova