Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

If I would like to make the best compliment to the singer, it would be: he has his own style.
You hear him singing, and you do not even to know the song - it's Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Our player

Registration/Enter
Now Online
Home Palette Witness reports

Des tubes en acier inoxydable de Daniel Lavoie

 935fb1b94becb2adfb485dac4c72

14 mars 2012 23:25
 
Dans le cadre de sa tournée "J’écoute la radio", Daniel Lavoie a offert mercredi soir à la 5e salle un spectacle intimiste meublé de ses plus grands succès. C’est avec Jours de plaine que l’inimitable Daniel Lavoie a débuté son concert. Enchaînant avec "Où la route mène", l’artiste nous a menés vers des sommets d’émotion, guitare à la main, voix toujours aussi captivante. «Bonsoir, bienvenue à notre nouveau show! Nous n’allons vous jouer que des tubes ce soir. Des tubes en or, en argent, en acier inoxydable et même en bois», a-t-il annoncé.

D’emblée, la mission de Lavoie et de ses musiciens (José Major à la batterie, Mario Légaré à la contrebasse, Andréanne Alain aux claviers et Marc Vallée à la direction musicale et à la guitare) a été claire: nous rendre heureux. «C’est tout ce qu’on veut faire: vous faire plaisir! Et peut-être qu’on pourra vous arracher quelques larmes avec des chansons comme celle-ci!», a-t-il lancé avant d’interpréter "La danse du smatte".

Prenant par la suite place au piano, Lavoie a confié qu’il n’aurait «jamais dû devenir chanteur» «Oh! Oh! Oh!» l’a réprimandé la foule. «J’étais trop timide, j’étais trop sauvage. J’aurais dû être alpiniste ou pilote de ligne, a-t-il enchaîné. Mais je m’y suis habitué. Même si j’ai raté ma vie, il y a des compensations comme chanter pour vous ce soir.» «Oooh!», a approuvé la foule.

En pleine forme, Lavoie a également livré une poignante Sauvez dans une lumière rouge éclatante et Docteur tendresse «une chanson de tendresse extrême; de la hard tendresse déguisée en chanson cute». La pièce Viens que j’te violoncelle, elle, on y a eu droit deux fois. «Je me suis trompé, ça me fait c*ier!» s’est-il exclamé en riant. Au fond de la scène, une toile s’élevait, évoquant un ciel, une plaine, l’immensité, et changeant au gré des éclairages de Jean-François Couture. Effet visuel impec.

On a adoré que les musiciens enveloppent si bien le piano-voix de Lavoie et ses textes toujours aussi beaux, comme Qui sait, magnifiée par une batterie puissante, assurément un des moments les plus bouleversants du show, ex æquo avec Je voudrais voir New York, interprétée en grande finale, avant le rappel. Un exercice auquel Lavoie s’est prêté «parce que c’est ce qu’on est supposés faire». Ce fut une émouvante soirée de tubes. 

 NATALIA WYSOCKA

http://www.journalmetro.com/culture/article/1124896--des-tubes-en-acier-inoxydable-de-daniel-lavoie