Russian (CIS)French (Fr)English (United Kingdom)
...

If I would like to make the best compliment to the singer, it would be: he has his own style.
You hear him singing, and you do not even to know the song - it's Daniel Lavoie.

Bruno Pelletier

Our player

Registration/Enter
Now Online
Home

Notre Dame de Paris: Eblouissant retour du spectacle, people et public conquis

2852846-exclusif-daniel-lavoie-frollo-angel-950x0-1

25.11.2016

Autour d'un Daniel Lavoie au superlatif, une nouvelle Esmeralda ensorcelante et un Quasimodo plus vrai que nature. Somptueux.

Une standing ovation vaut tous les mots d'un journaliste, et celle offerte jeudi soir à la (nouvelle) troupe de Notre Dame de Paris, pour la grande renaissance en France du spectacle musical culte, était au diapason des cloches que sonne le Bossu : vibrante et sonore. Chargée d'émotion, aussi...


«C'est bon d'être de retour à la maison», a d'ailleurs souligné dans sa brève allocution finale le producteur Nicolas Talar, qui a repris le flambeau de son père Charles, en adressant un remerciement tout particulier au Palais des Congrès parisien. Dix-huit ans après la création originale, qui s'est depuis exportée avec succès en tournée dans le monde entier, plaies d'amour, déchirements moraux, fièvre andalouse et fatalité ont resurgi dans une splendeur intacte sur la scène de la Porte Maillot. De nombreuses personnalités étaient présentes pour saluer ce retour attendu et ses protagonistes: des figures connues du monde de la comédie musicale, de l'incontournable Mikelangelo Loconte (Mozart, l'opéra rock) avec son maquillage extravagant à Joy Esther (Romeo et Juliette), Charlie Boisseau (La Légende du Roi Arthur), Joy Esther et le discret Thierry Amiel (Adam et Eve, la seconde chance), mais aussi l'inoubliable Marie-Jeanne de Starmania, Fabienne Thibeault, avec son mari Christian, et Lââm (Cindy), heureuses de retrouver Luc Plamondon, artisan de leurs aventures sur les planches. Sophie Tapie et sa mère Dominique, Valérie Damidot, aussi complice devant les photographes avec Jeff Panacloc qu'avec son partenaire de Danse avec les Stars Christian Millette, Elisa Tovati, Laurie Cholewa ou encore les chanteurs Frédéric François, Herbert Léonard, Salvatore Adamo et Jean-Pierre Savelli, entre autres, étaient présents.


LA VOIX DE QUASIMODO, LAVOIE MAESTRO


Il a suffi de quelques mots pour convoquer à nouveau toute la magie dramatique du spectacle de Luc Plamondon et Richard Cocciante: «C'est une histoire qui a pour lieu...» Dans un silence religieux, la voix exceptionnelle de Richard Charest, un Gringoire digne de son prédécesseur et compatriote Bruno Pelletier, a proclamé à son tour la fin du Temps des cathédrales. Plein de prestance et de majesté, l'époux à la ville de Stéphanie Fugain, qui a joué depuis 1999 à la fois les rôles de Phoebus et du poète, a posé la première pierre de la reconstitution de ce monument musical, de ses envolées vocales exaltantes. Très physique et fougueux dans les frusques de Clopin, Jay, l'ex-prince du R'n'B façon Poetic et soulman en trio, a fait renaître au pied de Notre-Dame la diaspora des sans-papiers et la cour des miracles, dans des tableaux plus que jamais d'actualité (Condamnés), sur fond de crise internationale de l'accueil des réfugiés...


Frollo entre alors en scène, un frisson parcourt la salle. Pas seulement parce que l'archidiacre est glacial de sévérité, mais parce que son interprète emblématique est magistral: à 67 ans, Daniel Lavoie, seul membre de la distribution originelle à reprendre son rôle, est sans aucun doute plus époustouflant encore qu'à l'époque, plus proche que jamais de son personnage, comme il nous le confiait de son propre aveu à l'occasion de notre rencontre avec la troupe en juin dernier. De fait, ce Frollo 2016 a le tourment chevillé au corps ; en action et en chanson, la schizophrénie de la foi qui interdit et du désir insoumis fait livrer au chanteur, poète et pianiste originaire du Manitoba une performance impérissable, tantôt impérieux sous sa soutane, tantôt trop humain quand l'habit - et le masque - tombe. Ce jeudi 23 novembre, les acclamations spontanées du public, extatique devant sa présence et la qualité de son interprétation, sa puissance et les notes qu'il parvient à sortir et à tenir (les aiguës d'Un matin, tu dansais, par exemple, et la fureur de Tu vas me détruire), attestaient suffisamment de la virtuosité de sa composition.
On en a autant pour Angelo Del Vecchio. Méconnaissable sous le maquillage, les haillons et la bosse de Quasimodo, l'adorable Italien, rompu à cette performance incroyablement physique pour l'avoir assurée pendant plusieurs années dans la Botte ainsi qu'en tournée (Asie, Liban), était taillé pour le rôle et le prouve. Sa voix d'ordinaire si douce, suave et enveloppante devient un impressionnant torrent de rocaille pour faire vivre le Bossu, avec une capacité de nuances qui en fait un vrai héros, de coeur et de larmes...


HIBA TAWAJI, L'IRRÉSISTIBLE OBJET DU DÉSIR


Elément déclencheur de ces passions qui s'embraseront jusqu'à ne laisser que des cendres, une Esmeralda incandescente sous les traits de la magnifique Hiba Tawaji. La beauté libanaise révélée dans l'Hexagone par sa participation à The Voice, ensorcelante de sensualité et d'agilité vocale (les intervalles acrobatiques de la chanson Le Procès en témoignent), apparaît comme une évidence et parvient à donner de la consistance à toutes les facettes de la zingara : étrangère, enfant insouciante, amante exaltée, amie, âme indomptable... Séduisante d'emblée en Bohémienne, hypnotisante pendant son Ave Maria païen, bouleversant exemple des Oiseaux qu'on met en cage et incroyablement solaire au moment de Vivre, la qualité de son incarnation contribue évidemment à faire briller tous ses partenaires de jeu.


En face, pas étonnant que Phoebus fende rapidement l'armure. Méconnu de ce côté-ci de l'Atlantique, le Québécois Martin Giroux, lauréat de la première Star Académie en 2004 et adoubé par Luc Plamondon, s'avère très convaincant tant dans sa posture de soldat inflexible que dans sa faiblesse d'homme volage. Soldat modèle et fiancé adorable (Ces diamants-là), ensuite envoûté par Esmeralda au point d'en être Déchiré intérieurement et de vivre une explication houleuse avec sa Fleur-de-Lys, et enfin bourreau impitoyable (Déportés), il offre une belle palette de nuances. Dans la peau de sa promise bafouée, la jeune Alyzee Lalande ne gâche pas le morceau de bravoure de son personnage : sa version de La Monture récolte une belle ovation...
Celle, finale, accordée à l'ensemble de la troupe, au duo de créateurs du spectacle et à ses contributeurs phares (mise en scène, costumes, chorégraphies...) promet le plus beau des destins à Notre-Dame de Paris en tournée à partir d'avril 2017. Un revival très émouvant pour ceux qui s'en souviennent encore et une découverte saisissante pour les autres.


GJ.

http://www.purepeople.com/article/notre-dame-de-paris-eblouissant-retour-du-spectacle-people-et-public-conquis_a211796/1#m2852705